La Naissance des Mamans

La Naissance des Mamans

Martine de Vigan

Je vous accompagne dans votre vie de maman pour être

pleinement heureuse de votre maternité

Parmi les crises des 18mois-4 ans : une cause, l’hypoglycémie

Parmi les causes des crises avec les tout-petits, il y al'hypoglycémie. selon la situation, ce que bébé a fait, les horaires des repas etc.. il est nécessaire d'être souple sur les en-cas, souvent vraiment nécessaires.

il y a beaucoup de raisons aux « crises » des tout-petits : frustration, incompréhension par les adultes de ce que Bébé veut, problème de langage, mais ausi très, trop souvent, problèmes physiologiques, c’est-à-dire fatigue ou manque de sommeil, excitation, faim et hypoglycêmie, ou seulement inconfort d’un vêtement ou d’une chaussure qui serre trop….

Aujourdhui je voudrais vous parler de la fréquente relation entre crises et hypoglycémie (ou du moins baisse de la glycemie), les crises avant les repas, ou a l’heure oû votre enfant aurait dû avoir son repas si ça n’est pas le cas ! Car ce sont les plus faciles à résoudre, et elles sont largement sous-estimées.

Pour comprendre :

pour fonctionner, le cerveau a besoin que le taux de sucre dans le sang (la glycemie), soit très régulier. Les variations sont mal supportées, surtout quand la glycémie est basse. Quand elle est trop élevée, il y a aussitôt des mécanismes de régulation pour mettre les sucres « en réserve », par la sécrétion d’insuline par le pancreas, sauf en cas de diabëte, où le pancreas ne peut pas sécreter l’insuline , ou pas assez)

Les enfants dépensent en permanence une énergie telle qu’ils ont besoin de fréquents ravitaillements.

De plus, si vous, adulte, vous avez la sensation de « vide » en fin de matinée, vous savez pourquoi ; mais l’enfant, lui se sent juste mal, sans pouvoir comprendre pourquoi ni supporter, et tout devient un problème.

On a tous experimenté un bébé chouinant et ne voulant pas jouer ou rire, qui redevient en 5 minutes le bébé adorable qu’il est dès qu’il a mangé quelques bouchées ou têté ou pris son biberon. Ce n’est pas qu’il se moque de vous !!

Ce que nous apprennent les neuro-sciences :

Peut-être savez-vous que les progrès récents des neurosciences ont permis de vérifier que le cerveau n’est vraiment complet, entre autres dans sa capacité à gérer ses émotions, que entre 25 et 27 ans !! oui, oui , vraiment !!

Ce qui change aussi la vision du tout-petit à qui trop souvent on demande des choses vraiment impossible pour lui !

Bébé dépense une énergie folle :

Avez-vous deja calculé le nombre de pas, ou d’équivalent kilomètres, que fait votre petit bonhomme dans une journée, souvent en courant, parfois même à vos côtés, où il fait 3 ou 4 pas pour un des vôtres ! Et qu’il se fait peut-être rembarrer quand il demande les bras ! Essayez ce petit exercice de toujours multiplier par 2 ou 3 ce que vous avez marché sans faire une pause ?? impressionnant, non ?… surtout pour tous ceux qui détestent marcher !

Et c’est sans compter les allers et retours qu’il fait pour courir après un pigeon, revenir vers vous , repartir se cacher et sauter comme un cabri ! Et les centaines de fois où il a fallu qu’il se relève etc..

Certes un enfant bien nourri supporte ça très bien, mais le temps de régulation de sa glycémie crée un moment critique où tout devient un problème ! sans compter aussi, en plus, le stress , la fatigue mentale d’être allé dans des endroits trop bruyants, d’avoir vu trop de visages inconnus, etc…

On dit toujours des enfants qu’ils ont beaucoup d’énergie, c’est peu de le dire, mais en fait ils « consomment beaucoup d’énergie, …et il faut donc qu’ils puissent se ravitailler en fonction de leurs efforts ! C’est l’avantage des bébés allaités au sein longtemps : ils ont en permanence leur « source » prête, sans rien à preparer ou prevoir !

Certains parents ont trop peur que leur enfant « grignote » !

Pour moi ce n’est vrai que si l’enfant n’a pas bougé, assis devant un écran (encore que parfois il fasse un effort intellectuel intense ).

Bien sûr il faut adapter à la situation, mais je pense qu’on a trop tendance à réagir comme pour soi-même, et ne pas analyser la situation particulière de l’enfant.

S’il a couru, ou s’il a pleuré fort, ou juste après son repas… il a chaud alors que vous avez froid, C’est pareil pour l’énergie dépensée..

Même si l’enfant essaye d’en réclamer un peu plus, quand vous lui donnez un « en-cas, si vous ne cédez pas il se contentera d’un petit morceau de pain, ou, dès 3 ans , 3 ou 4 amandes,,

Et aussi, si vous trouvez qu’il mange trop, ou trop souvent :

-Essayez de ralentir le rythme des repas, beaucoup d’enfants ( et d’adultes) mangent trop vite ! Hors le cerveau met 1/4 d’h-20 min à enregistrer le fait d’avoir mangé, et être en état de satiété.

-Faites attention à ceux qui réclament 1h après le repas, signe que la nourriture est un dérivatif à l’ennui, et il est alors facile de les occuper pour détourner leur attention.

-Ça peut être aussi le signe qu’ils ont mangé trop de sucres rapides. Pour ceux-là, essayez d’oublier la notion de dessert, qui n’est pas du tout une obligation, seulement une habitude en France.

-Apprenez-lui à interroger son corps après chaque plat, à se demander si il a assez, et acceptez qu’il ne veuille pas autrechose.

-Vous lui rendrez service en lui apprenant tôt à connaitre et à respecter ses vrais besoins. Trop souvent nous avons une idée préconçue des quantités qu’il leur « faut ».

A ce sujet, vous pouvez lire ICI mon article intitulé : »ne finis PAS ton assiette »,

-Et pour finir, quand vous sortez, de même que vous vérifiez si vous avez des mouchoirs, ou votre porte-monnaie, selon l’heure et le risque d’attentes aux magasins ou chez le médecin, ayez toujours une petite boite avec un petit morceau de pain ou de fromage, ou des amandes pour les plus grands (plus de 3 ans). Evitez les fruits et les gateaux si vous pouvez, car le sucre des fruits (fructose) est un sucre rapide, et le problème risque de se répéter dans 1/2 h.E

Et surtout ne culpabilisez pas, selon l’heure, comptez ce petit en-cas dans le repas, comme une entrée, voire plus.

Ce qui vous protégera de ces crises-là, c’est le bon sens et surtout l’observation de votre enfant :

– vous le connaissez bien, avez-vous remarqué qu’il change de tête quand il est en hypoglycémie ? Devient-il pâle, même « grisâtre » ? chez certains c’est flagrant !

– qu’est-ce qu’il a vécu, qu’est-ce qu’il a fait depuis 2h ?

– pensez aux horaires de vie de votre enfant quand il est gardé, dejeuner souvent entre 11h et 12h, gouter vers 15h .

Pour des petits qui ont faim, ce n’est pas compréhensible d’attendre ! Au moins jusque vers 3-4 ans, soyez souple. Votre enfant à ces moments-là n’est pas en mesure d’apprendre quoique ce soit, ce n’est pas le moment de « lui apprendre à attendre » !

Si vous êtes à moins de 3/4h-1h du repas, comptez ce que vous lui donnez comme une partie de son repas de midi, ou du soir après 18h.. Beaucoup d’enfants ressentent la faim au moment où vous parlez du repas, et surtout quand vous le préparez, avec les bonnes odeurs de cuisine.

Je suis toujours étonnée de voir des adultes s’arrêter faire une pause dans un café sans rien proposer à l’enfant qui est avec eux ! Au moins de l’eau ! Ou bien grignoter en cuisinant et refuser de donner quoique ce soit à leur enfant, au nom de grands « principes » qu’ils ne s’appliquent pas à eux-mêmes.


Vous voulez en savoir plus sur les crises des petits, et comment les éviter ?

Inscrivez-vous à ma newsletter, et vous recevrez en cadeau l’ebook :

« 6 façons d’éviter les crises avec les tout-petits »


Voila, j’espère que cet article vous aura aidée à être plus confiante, plus sereine, en comprenant mieux ce qui se joue pour votre enfant.

Si vous rencontrez un problème autour de cette question, ou si vous ne supportez pas une situation avec votre enfant, ou pour être la maman que vous souhaitez être, contactez-moi à l’adresse « contact@lanaissancedesmamans.fr » je vous proposerai differents types d’accompagnement pour vous aider

Vous pouvez aussi prendre rendez-vous directement ici :


Vous pouvez aussi me suivre sur les réseaux sociaux :

-Facebook : La Naissance des Mamans

-Instagram : @la_naissance_des_mamans

Ou venir rejoindre les mamans du groupe privé Facebook : « Etre Une Maman Heureuse »

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur vos réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.