Accueil Pleurs, cris et crises “Mon bébé hurle sur la table à langer…..”

“Mon bébé hurle sur la table à langer…..”

par : Martine de Vigan
675 views

C’est le cas de votre bébé ? Il refuse de s’y allonger ? C’est une bagarre à chaque fois ? Et vous ne savez ni pourquoi, ni comment faire ?

Pour la plupart des bébés, la table à langer est synonyme d’un moment agréable d’échange avec vous ; d’un moment privilégié où vous êtes disponible ; d’un moment de jeux corporels, de bisous, de fous-rire ! et tout se passe au mieux !

Donc si votre bébé refuse cette situation, il a sûrement une bonne raison ! Même si vous ne la comprenez pas.

Posez-vous un moment pour y réfléchir :

Quelles raisons mon bébé peut-il avoir de refuser de s’allonger ?

A-t-il eu une mauvaise expérience sur une table à langer ? Est-il tombé, même il y a longtemps ? a-t-il seulement eu peur de tomber ? Quelqu’un l’a-t-il brusqué un jour ? A-t-il associé la table à langer avec une douleur lors des soins : érythème fesssier, nez écorché, soins d’un bobo ? L’a-t-il associée avec un ton sévère, des situations d’énervement de votre part ? ou seulement à une contrainte, une frustration perpétuelle de ses jeux ?

Pensez-vous toujours à le prévenir un peu avant ? surtout si vous interrompez son jeu : “bientôt je vais changer ta couche”, ou bien “ça va être le moment de t’habiller”. Puis au moment de le faire : “je t’allonge”, “je te tourne”. Avez-vous tendance à le manipuler, le changer de position sans le prévenir ?

Quand cette situation arrive brusquement alors que tout allait bien auparavant, pensez à une douleur aux oreilles : dans toutes les otites (aigües ou séreuses,) il y a trop de sérosités plus ou moins liquides dans l’oreille moyenne (au-delà du tympan). Le fait de passer trop vite de la position verticale à horizontale fait bouger ce liquide et déclenche une douleur aigüe. Posez-le avec douceur, en soutenant sa tête.

Ça peut aussi être le cas si votre bébé est très enrhumé : la position allongée lui donne peut-être l’impression d’étouffer.

Pensez aussi aux maux de tête (lors d’un rhume, ou en cas de fièvre), voire de vraie migraine (oui, les bébés peuvent avoir de vraies migraines !)

Le refus de s’allonger peut aussi être une défense instinctive, un besoin de contrôler la situation : tous ceux qui ont été un jour malades ou accidentés (ou battus) savent à quel point la position allongée est une position de vulnérabilité. D’une part on voit moins bien ce qui se passe autour de soi, mais aussi, on est moins à même de …fuir ! Il est donc normal que l’enfant, dès qu’il le peut, préfère être assis ou debout.

J’ai tôt appris, jeune pédiatre, à examiner les bébés le plus possible assis ou debout, et si possible devant un miroir. Ça limite leurs craintes et les pleurs. Même si certains gestes de l’examen médical nécessitent la position allongée, une grosse partie peut se faire autrement.

Les premiers mois, chez leur médecin, les tout-petits bébés sont tout sourire, et se rappellent la situation tout d’un coup au moment où on les allonge sur la table d’examen. C’est souvent à ce moment-là qu’ils “reconnaissent “aussi le médecin et se mettent à pleurer !

Alors, comment faire ?

1) Faut-il absolument une table à langer ? Comment faire autrement ?

L’habitude d’avoir une table à langer, ou tout endroit en hauteur n’est pas du tout universelle. La plupart des mamans du monde installent leur bébé sur leurs jambes allongées, sur un lit bas ou même au sol.

La seule vraie raison de faire les soins en hauteur est si vous avez des problèmes de dos ou de genoux. Mais le fait d’avoir à soulever les kilos de votre bébé en diminuera vite les bénéfices..

Malgré tout, comme toujours, prenez autant que possible en compte VOTRE confort, et la position que vous préférez.

Toutefois, si pour vous c’est une bagarre permanente, si le fait d’avoir à le tenir vous énerve, vous épuise, vous pouvez trouver des compromis :

– A genoux devant votre lit selon l’état de votre dos, est une bonne solution.

– Et pourquoi pas sur le sol, sur un petit matelas, sur des coussins ? En soi aucun problème ! C’est une bonne solution avec un bébé très remuant, il risquera moins de tomber ! En effet, les chutes sont fréquentes avec les tables à langer !

– et dès que possible, assis sur vous, au sol, sur une petite chaise, ou même debout, en négociant qu’il s’allonge seulement pour changer la couche quand il y a des selles.

– peut-être aussi pouvez-vous faire une partie des soins ou de l’habillage sur la table à langer et une partie dans une autre position ?

Tâtonnez pour trouver ce qui vous convient le mieux, à vous, et aussi à votre bébé ; si vous vous passez d’une table à langer, ça aura aussi l’avantage d’une économie financière et de gain de place !

Pas toujours simple je vous l’accorde, mais parfois le changement des habitudes, en trouvant un compromis, permet d’éviter les crises et les pleurs, ou au moins d’en limiter la durée.

2) Si vous pouvez, installez un miroir pour qu’il voit mieux ce que vous faites. Attention toutefois à fixer un miroir “spécial enfants” qui ne risque pas de le blesser en se brisant, ou suffisamment à distance pour qu’il ne risque pas de le casser.

3) essayez le plus tôt possible de le faire participer aux soins ou à l’habillage.

Le but des bébés est toujours d’apprendre à faire “comme vous”, de manipuler des “vraies choses” et non pas du plastique trop coloré !

Remettre le bouchon d’un flacon, manipuler le couvercle d’une boite, essayer de se moucher, avoir un petit gant éponge pour se laver le visage ou les mains, attraper un flacon ou un linge pour vous le donner, mettre quelquechose dans la poubelle, etc..il est toujours plus facile pour vous qu’il soit occupé. Et plus il s’entraine à ces gestes, plus vite il sera autonome.

4) L’idéal est de toujours commenter vos gestes, qu’il les comprenne et qu’il y participe. C’est aussi l’occasion pour lui :

– d’apprendre à connaitre son corps, de vous montrer les différentes parties du corps que vous nommez,

– de coordonner ses gestes,

– d’apprendre la droite et la gauche,

– d’apprendre le nom des habits, les couleurs etc…

Malgré votre manque de temps, pour que votre bébé apprécie ces moments d’intimité, faites-en le plus possible un moment ludique et tendre, associé à du plaisir, à des rituels, à des jeux corporels, bisous, chatouilles etc..

et enfin, 5) si vous ne trouvez pas la solution rapidement, ne vous découragez pas, recommencez vos essais de changements tous les 4-5 jours. Votre bébé évolue vite, et vous serez toute étonnée de voir ces moments de tension devenir fluides peu de temps après !

N’oubliez pas que la vie de maman va vous faire développer une créativité, une souplesse et une capacité d’adaptation dont vous ne vous croyiez pas capable auparavant ! Donc Bravo d’avance !

Et dites-moi en commentaire : comment faites-vous ? Avez-vous eu ce problème ? Quelles solutions avez-vous trouvé ?

N’hésitez pas à partager à d’autres mamans que cet article pourrait aider !

Vous êtes-vous inscrite pour être prévenue des nouveaux articles ? Le formulaire apparait en haut et en bas de l’article, vous recevrez en cadeau mon e-book sur l’interet des tetines. Un formulaire sur le cöté vous permet de vous inscrire sans pour autant recevoir l’ebook si vous n’etes pas intéressée par ce sujet !

A bientôt,

Martine de Vigan

Laissez un commentaire

En utilisant ce formulaire, vous acceptez que vos données soient utilisées par ce site, uniquement pour vous répondre .

Ce site utilise des cookies pour vous proposer une navigation plus personnalisée.. Cliquez sur "j'accepte" pour continuer votre navigation J'accepte Lire plus