Accueil Pour tous : parentalité bienveillante, actualités, histoire, Livres, Jeux etc.. Et que la fête commence !

Et que la fête commence !

par : Martine de Vigan
324 views

Vous aimez les déguisements, les fêtes costumées ? Bientôt va revenir la saison des carnavals, le mardi-gras la semaine prochaine, puis la mi-carême, occasions si sympathiques de se déguiser, que les enfants adorent ! …. Vraiment ? Les plus grands oui, pour la plupart, mais pas tous, et beaucoup de tout-petits n’apprécient pas du tout !

Je voudrais vous parler ici de ceux qui n’aiment pas ça, et entre autres des plus petits, du nombre de bébés qu’un masque fait pleurer, ou même hurler de peur. Vous connaissez cette situation ? Vous-mêmes aviez peur enfant des gens masqués, des gens déguisés, devenus “bizarre”?

Quand il s’agit de faire la fête, de se défouler, la réaction des adultes est de dire : “n’aie pas peur, c’est un déguisement”, “regarde comme c’est rigolo !”, ce qui ne rassure pas du tout l’enfant qui a peur !

Je pense personnellement que le problème est plus profond. Les enfants qui ont peur, ou qui pleurent dans ces situations, sont ceux qui ne peuvent pas encore reconnaitre le visage aimé ou connu sous le maquillage ou le masque, qui sont perdus quand tous leurs repères sont transformés, inconnus. Non seulement ils ne s’y retrouvent plus, mais ils sont inquiets que l’ordre des choses, l’aspect habituel des gens soient transformés .

On touche là à quelquechose d’une complexité incroyable : l’apprentissage du décodage d’un visage, plus long à acquérir que certains croient. Pensez seulement à l’expression d’incompréhension, voire les pleurs de votre bébé si seulement vous froncez les sourcils, si vous faites les gros yeux !

Hors tous n’acquièrent pas cette faculté au même âge. Je pense qu’il faut avoir déjà une très bonne “sécurité intérieure” pour accepter que tout change…

Je me souviens d’une scène en particulier : pour fêter l’anniversaire du papa, une maman de mon entourage a prévu un maquillage du visage, pour elle-même et ses 2 filles. La grande de 4 ans est ravie, maquillée en chat…la petite de 2 ans, Lilou, est maquillée en coccinelle, (juste un peu de rouge et quelques taches noires sur les joues). Alors que tout allait bien jusque-là, elle est grognon toute la soirée, pleure et répète qqchose en boucle que nous ne comprenons pas tout de suite…jusqu’à ce qu’on décode qu’elle dit : ” moi Lilou, moi pas coccinelle…”

Mon interprétation est qu’elle n’est pas encore assez sûre de qui elle est, et surtout elle n’est pas sûre qu’elle ne peut pas réellement se transformer en coccinelle….elle a peur qu’on ne la voit plus comme “Lilou”, mais qu’aux yeux des autres, elle soit vraiment devenue une coccinelle.

Le problème des petits qui pleurent devant une personne déguisée est bien connu dans les crèches ou les écoles maternelles, au point que dans la plupart des endroits qui y ont réfléchi, on ne met plus de masques-déguisement, et les adultes, même s’ils portent des costumes, ne changent plus l’aspect de leur visage. Les enfants heureusement ne sont plus obligés de se déguiser, ni de participer tant qu’ils ne sont pas à l’aise. J’ai vu des petits hurler de peur devant un clown (ou d’ailleurs aussi devant un père Noël) !

Et comme toujours, le pire est de se moquer d’un enfant de 2 ou 3 ans (voire nettement plus) qui pleure quand tout est transformé, parfois même les rues pour le carnaval, la pièce de la crèche où il vit d’habitude, tous les adultes…

Au lieu de se moquer, voire même de lui faire peur exprès (oui, çà arrive !) d’essayer à tout prix de le convaincre que c’est drôle, pensez plutôt que sa réaction vous dit quelquechose de son évolution, de ses sujets d’anxiété. Vous aurez un atout supplémentaire pour l’aider à prendre confiance peu à peu et à comprendre que certains changements ne sont que provisoires, que ça peut être amusant de “jouer à devenir quelqu’un d’autre”, etc..

Mon conseil est de bien préparer les choses en amont, de façon que le jour “J” ce ne soit pas la catastrophe, et que vous ne soyiez pas obligée d’interrompre la fête des plus grands :

– faites des étapes progressives les jours précédents, en lui montrant la belle robe de fée de sa grande soeur, qu’elle enfile devant lui, sans maquillage ; faites-le jouer avec le nez rouge de clown, ou le chapeau de sorcière. Faites-lui manipuler et jouer à faire coucou avec le bandeau ou le masque que votre pirate de 5 ans a l’intention de mettre pour la fête.

– Et surtout bien sûr, pendant la fête, restez au plus près de votre petit, gardez-le dans les bras si il a tant soit peu peur, et faites en sorte qu’il reste un peu à distance. Eloignez-vous même vraiment si il a trop peur. Il est probable que, avec vous, il acceptera d’observer de loin, du moment qu’il ne se sent pas directement concerné.

Donc comme toujours avec les tout-petits, la préparation en amont est fondamentale, soyez prévoyante, même si vous trouvez votre enfant très sociable d’habitude, vous pouvez avoir des surprises sur ses réactions.

Et même quand il aura compris le jeu du déguisement, qu’il sera excité et heureux de participer à la fête, soyez encore attentive à chaque fois. Car parfois jusqu’à 10 ans, les enfants peuvent avoir réellement peur de certains personnages, voix ou situations, et de beaux cauchemars ensuite ! Les enfants actuels, qui voient souvent de drôles de personnages, parfois effrayants, sur leurs écrans, peuvent avoir une réelle peur s’ils en croisent un “en chair et en os”.

Puisque j’ai évoqué les plus grands, il est habituel que ceux qui souffrent de timidité n’aiment pas trop se déguiser. Là encore, question de conscience profonde de soi en tant qu’individu “immuable”, de confiance dans la permanence des choses et surtout des personnes. Choisissez des déguisements “soft”, seulement costume et éventuellement chapeau, n’insistez pas si votre enfant ne veut rien sur le visage.

Alors espérons que tout se passera bien pour tous ! Profitez au mieux de la fête, et comme toujours, prenez soin des plus fragiles !

A bientôt !

Martine de Vigan

Laissez un commentaire

En utilisant ce formulaire, vous acceptez que vos données soient utilisées par ce site, uniquement pour vous répondre .

2 Commentaires

Magalie 26 janvier 2020 - 22 10 39 01391

Super cet article ! Je me suis revue avec ma fille le jour on l’on m’a coupé les cheveux, elle était présente et n’arrêtait pas de me tourner autour et de vouloir monter sur mes genoux.
Ensuite je lui ai fait toucher mes cheveux courts et pendant au moins une semaine, elle souriait en me regardant et jouait avec mes cheveux.

Répondre
Martine de Vigan 26 janvier 2020 - 22 10 49 01491

Merci Magalie de ton retour.

Répondre

Ce site utilise des cookies pour vous proposer une navigation plus personnalisée.. Cliquez sur "j'accepte" pour continuer votre navigation J'accepte Lire plus