La Naissance des Mamans

La Naissance des Mamans

Martine de Vigan

Je vous accompagne dans votre vie de maman pour être

pleinement heureuse de votre maternité

Alphonse ou Tom ? Félicie ou Lilou ?

Vous pouvez écouter cet article sous forme audio en cliquant sur ce lien :https://www.dropbox.com/s/gpblo0jist7y9vw/Alphonse%20ou%20Tom%2C%20Felicie%20ou%20Lilou%20_.m4a?dl=0

Dès le début de votre grossesse, vous y avez pensé ?

Au départ, vous avez ri avec le papa sur vos désaccords ou le choix impossible de l’autre ? « NON mais tu es sérieuse » ? « Ah non, quelle horreur, il n’en est pas question »!! Ou « j’aime bien, mais mes parents ne vont pas accepter « ! etc…

Je vous propose aujourd’hui une réflexion sur les prénoms, ce qu’ils portent, et l’influence qu’ils peuvent avoir sur votre enfant à venir.

Mon propre prénom, Martine, était un des plus donnés dans les années 50. Il y avait l’actrice Martine Caroll, très en vogue à l’époque, et ce n’est pas un hasard si ce prénom a été repris pour une des premières séries de livres pour enfants.

Mes parents « aimaient bien » ce prénom, et niaient absolument avoir été sous influence de la mode ! Pourtant, si je vous dis que ce prénom était à la mode…pouvez-vous imaginer que dans une classe de CE1 (à l’epoque on disait 10ème), sur 21 enfants, dont 6 ou 7 garçons, il y avait 7 Martine, soit 1/3 de la classe ?

Un peu d’histoire:

Selon les pays et les cultures, jusqu’à récemment les prénoms étaient très codifiés, les parents n’avaient pas vraiment le choix.

En France, les premiers enfants d’un couple portaient souvent le prénom d’un grand-père, d’une grand’mère, du parrain ou de la marraine. Et même, sans savoir le préjudice psychologique que ça représentait, il était fréquent de donner au nouveau-né le prénom du défunt récent de la famille, en l’honneur de celui-ci.

Les prénoms étaient aussi très influencés par la religion, et dans une France majoritairement catholique, on donnait soit le nom du saint célébré le jour de la naissance de l’enfant, soit d’un saint régional, soit d’un saint dont on admirait la vie. Le but étant de placer l’enfant sous la protection du saint choisi.

C’est dans la même idée que beaucoup d’enfants avaient « Marie » dans leurs 3 ou 4 prénoms, garçons comme filles, de façon à les « confier » à la protection de Marie (la mère de Jésus), considérée comme la seconde mère de tous.

Les familles de culture juive bien sûr, mais aussi protestante, utilisent encore souvent les prénoms très anciens de la Bible et des prophètes ; de même pour les familles de tradition musulmane, les prénoms de prophètes, de sages ou de grands imams..

En plus des traditions religieuses, il est courant de nommer son enfant en hommage à un personnage qu’on admire, ou seulement en référence à un acteur, chanteur ou personnage de série télévisée !

Meme si vous n’avez pas été élevé(e) dans une tradition donnée, il me semble important de connaitre l’histoire de votre famille et ces notions générales qui vous influencent forcément, au moins de façon inconsciente, en positif ou en négatif.

C’est le sujet du film « le prénom »(d’Alexandre de la Patellière, en 2012). Depuis la montée en puissance d’Hitler en Allemagne en1933, puis surtout avec la guerre de 39-45 et l’ignominie de l’extermination des juifs dans les camps de concentration, personne en France n’a osé donner à son enfant le vieux prénom d’Adolphe, pourtant autrefois clasique !.

Ce film montre les catastrophes et disputes en chaine entre amis et famille pendant un diner où un futur père provocateur, dévoile le prénom choisi (en principe)pour son futur bébé . Je vous le conseille, vous passerez une bonne soirée, entre rire et larmes, et ça vous donnera une idée de tout ce qu’un prénom, autrefois banal, peut porter d’affect, d’idées et de symboles forts !

D’autre part, dans nos societés « modernes »et laïques, qui se veulent tout le temps en renouvellement, sans référence au passé, souvent même en rupture ou en opposition avec les générations précédentes, il est toujours étonnant de voir à quel point les parents sont influencés par des modes, des courants. Combien de parents n’ont pas imaginé, selon les générations, que leur petits Stéphane, Guillaume, Valérie, Audrey, Kevin, ou récemment Raphaël, etc.. vivraient à leur tour ce qu’ont vécu les Martine de ma géneration !

Pour certains, le prénom est un gage d’intégration.

C’est le cas des familles venues d’Asie, réfugiées des guerres du Vietnam ou du Cambodge, ou de Chine plus récemment, dont les enfants ont tous reçu un prénom français traditionnel, même si il n’est utilisé qu’à l’école.

Je me souviens de ma surprise, lors d’une consultation, de recevoir une petite fille d’un mois, d’origine chinoise, portant mon prénom, Martine, plus du tout donné en France depuis …environ 60 ans !! Car pour des familles d’une autre culture d’origine, il est quasi impossible de savoir l’histoire d’un prénom et ce qu’il représente dans l’imaginaire collectif.

Heureusement, la mixité sociale et culturelle actuelle a un effet trés positif : et les enfants ne sont plus surpris par les prénoms de leurs copains. J’y vois un gros progrès de tolérance à venir.

Certains aussi veulent à tout prix un prénom « original », ou apparemment démodé, ou faisant « jeu de mots  » avec le patronyme. Certains veulent se démarquer absolument, en pensant échapper aux influences…jusqu’à parfois ne plus imaginer les conséquences, les moqueries éventuelles à l’école, ou la difficulté de toujours devoir épeler son nom pour qu’il ne soit pas écorché.

Certains pensent que les prénoms correspondent à des caractères, à des façons d’être, voire même que certains sont porteurs de « malédiction », quand par ex. 2 personnes du même prénom dans une famille ou un groupe ont subi un malheur, un accident…. mais alors…pourquoi nommer ainsi un bébé ?

L’habitude de laisser le prénom secret jusqu’à la naissance, bien sympathique à priori, est une difficulté. Car s’il était dévoilé avant, vous apprendriez peut-être que c’etait le prénom d’un enfant mort d’accident, ou du grand-père qui s’est suicidé, ou a fini en prison, et ça vous éviterait de « marquer » votre bébé d’un lourd passé. Le risque étant que chacun repense au passé chaque fois qu’il voit votre enfant, ou, pire, que par ce prénom, vous participiez à prolonger un secret de famille.

Si vos parents ou grands-parents réagissent mal à l’annonce du prénom de votre bébé, au lieu de vous braquer, poussez-les dans leurs retranchements, pour savoir ce qui les gêne dans ce choix. Vous apprendrez peut-être des choses intéressantes et vous pourrez en parler tout de suite à votre bébé, car il n’est pas que son prénom.

Je vous raconte ça pour que vous acceptiez que vous êtes forcément vous aussi, sous beaucoup d’influences, et qu’il faut certes que vous aimiez le prénom de votre enfant, mais aussi que ce prénom, qui le suivra toute sa vie, ne risque pas de lui porter préjudice, à aucun moment.

Peu de gens aiment leur prénom. Beaucoup de psychologues se sont penchés sur l’influence des prénoms sur la personnalité de l’enfant. On peut en tirer des conclusions ou non. Pour moi c’est un sujet trop complexe pour en simplifier les résultats.

Le choix du prénom de votre enfant va vous amener à une réflexion sur vos valeurs, sur ce que vous voulez transmettre à votre enfant, si vous voulez ou non l’intégrer dans un héritage familial ou culturel, ou au contraire lui donner un nom plus neutre, qui le situera seulement dans son époque.

Faites-en un moment d’approfondissement de votre relation de couple, en n’étant pas jugeant, en acceptant les réticences ou goûts de l’autre. Il s’agit de construire votre famille, en bon équilibre entre vos 2 histoires.

Ce sera l’occasion de découvrir un peu plus la culture familiale de l’autre, de l’accepter sans la critiquer, et d‘intégrer le fait, pas toujours si facile, que votre enfant sera issu et partie de 2 « cultures ».

Racontez-moi en commentaire comment ça se passe pour vous ? Quelles difficultés ça a soulevé dans votre famille ? Comment les avez-vous surmontées ?

Si vous ne l’avez pas dêja fait, abonnez-vous pour être prévenue des nouveaux articles, formations et êvènements de « la Naissance des Mamans ».

N’hésitez pas à partager cet article à de jeunes futurs parents que ça pourrait intéresser.

Vous pouvez aussi me rejoindre :

-sur Facebook :« La Naissance des Mamans » ou

– sur Instagram : @la_naissance_des_mamans.

-Ou venir retrouver d’autres mamans sur le groupe privé Facebook « Etre une maman heureuse » !

A bientot,

Martine de Vigan

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur vos réseaux sociaux !

2 commentaires

  1. Très intéressant ce retour en arrière dans l’histoire des prénoms. J’ai entendu pas mal d’histoires de mon mari concernant le choix des prénoms dans sa famille (et notamment le fait qu’on reprenait systématiquement le prénom du grand-père pour le 1er garçon né). De notre côté, nous avons choisi des prénoms qui nous plaisaient à tous les 2 et qui, si possibles n’étaient pas déjà utilisés par des membres de nos familles respectives dont nous connaissons les prénoms, qu’ils soient en vie ou non. Des fois il nous a fallu plusieurs mois avant de tomber sur LE prénom qui faisait l’unanimité, surtout que nous avons à chaque fois choisi un prénom féminin et un masculin car nous ne voulions pas savoir si nous allions accueillir une fille ou un garçon. Même si nous avons choisi des prénoms plutôt « classiques », les gens ont toujours des réactions particulières quand ils découvrent le prénom choisi avec des commentaires personnels et des avis voire des critiques… Ca peut même devenir « intrusif ». Et ça rejoint bien ton article et l’importance qui peut être accordée aux prénoms! Merci de ce partage!

    • Merci, Viviane de ton retour de « vécu »…4 fois, ce n’est pas rien ! Contente que cet article t’ait plu !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.